• Français -fr 

Publications

Le droit à l’oubli numérique

Fâché de constater qu’une requête effectuée sur ses noms et prénoms dans le moteur de recherche GOOGLE présentait des liens vers deux pages d’un quotidien paru en 1998 et qui le visait dans une affaire de vente aux enchères immobilières, liée à une saisie pratiquée en recouvrement de dettes de sécurité sociale, un ressortissant espagnol avait introduit[1], auprès de l’Office espagnol chargé de la protection des données personnelles, une réclamation à l’encontre de l’éditeur de ce titre de presse ainsi qu’à l’encontre des sociétés GOOGLE SPAIN et GOOGLE INC.

Il demandait que les pages ainsi indexées soient supprimées afin que ses données personnelles n’y apparaissent plus et qu’elles cessent d’apparaître dans les résultats de recherche, au motif que la saisie dont il avait fait l’objet avait été entièrement réglée depuis de nombreuses années et que la mention de celle-ci était désormais dépourvue de toute pertinence.

GOOGLE a introduit en recours contre la décision de l’Autorité Espagnol de protection des données faisant droit à cette demande.

Saisie du dossier, la juridiction espagnole compétente a soulevé la question de savoir quelles obligations incombaient aux exploitants de moteurs de recherche pour la protection des données personnelles et estimé que la réponse à cette problématique dépendait de l’interprétation de la Directive 95/46 relative à la protection des données à caractère personnel, dans la mesure où ces technologies étaient apparues après la publication de celle-ci.

Elle a donc décidé de surseoir à statuer et de poser à la Cour de Justice de l’Union Européenne la question préjudicielle suivante : « le droit d’obtenir l’effacement et le verrouillage des données à caractère personnel et celui de s’opposer à ce qu’elles fassent l’objet d’un traitement doivent-ils être interprétés comme permettant à la personne concernée de s’adresser aux moteurs de recherche afin de faire obstacle à l’indexation des informations concernant sa personne, publiée sur des sites web de tiers, en invoquant sa volonté que ces informations ne soient pas connues des internautes lorsqu’elle considère que ces informations sont susceptibles de lui porter préjudice ou lorsqu’elle désire que ces informations soient oubliées, alors même qu’il s’agirait d’informations publiées légalement par des tiers ? ».

L’article 12 b de la Directive prévoit que « les États membres garantissent à toute personne concernée le droit d’obtenir du responsable du traitement : […]

b) la rectification, l’effacement ou le verrouillage des données dont le traitement n’est pas conforme à la présente directive, notamment en raison du caractère incomplet ou inexact des données ; […] ».

La Commission Européenne estimait que les droits ainsi conférés aux personnes concernées n’étaient susceptibles d’être mis en œuvre qu’à la condition que le traitement en question soit incompatible avec la Directive ou pour des raisons prépondérantes et légitimes tenant à leur situation particulière et non, pas au simple motif qu’elles estiment que ce traitement est susceptible de leur porter préjudice ou qu’elles souhaitent que les données faisant l’objet dudit traitement tombent dans l’oubli.

La Cour de Justice relève, pour sa part, qu’une telle incompatibilité peut résulter, non seulement, du fait que ces données sont inexactes mais, en particulier, aussi du fait qu’elles sont inadéquates, non pertinentes ou excessives au regard des finalités du traitement, qu’elles ne sont pas mises à jour ou qu’elles sont conservées pendant une durée excédant celle nécessaire, à moins que leur conservation s’impose à des fins historiques, statistiques ou scientifiques.

Partant de là, le raisonnement mené par la Cour repose sur l’idée qu’un traitement initialement licite de données exactes peut devenir, avec le temps, incompatible avec la Directive lorsque ces données s’avèrent, ensuite, comme n’étant plus nécessaires au regard des finalités pour lesquelles elles avaient collectées ou traitées.

La Cour de Justice de l’Union Européenne invite, par conséquent, la juridiction à l’origine de sa saisine à examiner si la personne concernée avait un droit à ce que l’information relative à sa personne ne soit plus, au stade actuel, liée à son nom par une liste de résultat, affichée à la suite d’une recherche effectuée à partir de son nom, en précisant qu’un tel droit ne présuppose pas que l’inclusion d’informations en question, dans la liste de résultat, cause un préjudice à la personne concernée.

A cet égard, il sera rappelé les dispositions des articles 7 et 8 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne[2] prévoyant que « toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de ses communications » outre son « droit à la protection des données à caractère personnel la concernant » impliquant que de tels « données doivent être traités loyalement, à des fins déterminés et sur la base du consentement de la personne concernée ou en vertu d’un autre fondement légitime prévu par la loi. Toute personne a le droit d’accéder aux données collectées la concernant et d’en obtenir la rectification ».

Ces droits doivent être considérés comme prévalant non seulement sur l’intérêt économique de la société GOOGLE mais également sur l’intérêt du public à trouver l’information recherchée lors d’une requête portant sur le nom de la personne concernée.

Une telle prévalence sera, cependant, écartée lorsque des raisons particulières peuvent être invoquées telles que le rôle joué par la personne concernée dans la vie publique, ou encore lorsque l’ingérence dans ses droits fondamentaux serait justifiée par l’intérêt prépondérant du public à avoir accès à l’information en question.

En l’absence de telles raisons particulières dans le litige qui lui était soumis par la juridiction espagnole, la Cour de Justice de l’Union Européenne a considéré, eu égard à la sensibilité des informations contenues dans les annonces litigieuses pour la vie privée du requérant et au fait que leur publication initiale avait été effectuée seize ans auparavant, que ladite personne justifiait d’un droit à ce que ces informations ne soient plus liées à son nom sur internet.

C’est à la suite de cette décision que la société GOOGLE a mis en place un formulaire[3] disponible sur internet permettant à tout internaute européen de faire usage de ce qui semble désormais être consacré comme un véritable droit à l’oubli numérique.

Le formulaire ainsi proposé à rencontrer un franc succès puisque que, moins deux semaines après sa mise en ligne, plus de 40 000 demandes avaient été présentées au moteur de recherche.

La société américaine a, à cette fin, mis en place une équipe dédiée examinant les demandes qui lui sont soumises.

Les premières applications mettant en œuvre ce droit à l’oubli ont, toutefois, permis de constater que la suppression par GOOGLE de liens litigieux s’accompagnait d’une information, donnée par le moteur de recherche, de la suppression ainsi effectuée.

La CNIL relève, d’ores et déjà, que le formulaire proposé par la firme californienne ne concerne que les URL, excluant ainsi les services mis en œuvre par GOOGLE, tels que GOOGLE SUGGEST.

Elle regrette également que l’accès au formulaire soit difficile, comme c’est d’ailleurs le cas pour la plupart des formulaires en ligne proposés par les géants du net.

En parallèle, le groupe de l’article 29 regroupant les CNIL européennes a décidé, lors de sa réunion plénière des 3 et 4 juin 2014, de confier à un groupe de travail l’analyse des conséquences de l’arrêt de la Cour de Justice de l’Union Européenne.

Il s’agira, notamment, de définir des lignes directrices permettant aux Autorités Européennes de protection des données d’adopter une approche commune dans la mise en œuvre pratique de l’arrêt ainsi rendu, afin d’envisager des réponses harmonisées aux plaintes qui seront reçues par lesdites Autorités suite à des demandes d’effacement restées infructueuses.


[1]           C.J.U.E., 13 mai 2014, Affaire C-131/12, GOOGLE SPAIN et GOOGLE INC c/ AGENCIA ESPAÑOLA DE PROTECCIÓN DE DATOS

[2]              2000/C 354/01

Mise à jour de notre guide juridique et pratique des professionnels du sport

La mise à jour de notre classeur « Droit du sport – Guide juridique et pratique des professionnels du sport » est prête!

Du sportif professionnel à l’agent en passant par l’arbitre, il s’agit de mettre à jour différents points abordés dans cet ouvrage, notamment sur la question des indemnités de transfert parfois excessives de certains clubs de football, la limite délicate entre la liberté d’expression et la diffamation dont dispose l’arbitre ou encore la précision du rôle de l’agent sportif.

Par ailleurs des précisions ont été apportées concernant des domaines variés tels que la sécurité, la santé, les droits de propriété intellectuelle ou encore la fiscalité. En effet la jurisprudence a eu l’occasion de se prononcer sur l’obligation incombant à l’exploitant d’un domaine skiable, les conditions d’usage des substances interdites à des fins thérapeutiques, les problématiques liées à la marque ou encore sur l’imposition en fonction des revenus des sportifs.

Récemment les jeux du hasard, notamment les paris sportifs ont fait l’objet de nombreuses controverses. C’est pourquoi un décret a été publié récemment en réponse aux affaires des paris truqués, ce qui permettra désormais d’exercer un contrôle plus approfondi.

Le domaine du sport doit faire face également à des enjeux technologiques. C’est le cas du développement fulgurant des drones qui est actuellement très controversé. Il nous semblait donc important de répondre aux problèmes légaux émergents en terme de sécurité et de droit à l’image.

COUPE DU MONDE AU BRESIL : la FIFA veille à ses intérêts

La coupe du Monde de Football 2014 est un évènement sportif planétaire, suivi par plusieurs milliards de personnes dans le monde entier.

La tentation est grande, dans ce contexte, pour les annonceurs, commerçants, etc., de s’inscrire dans le sillage de cette grande manifestation populaire, afin de tirer profit de l’engouement du public.

La Fédération Internationale de Football Association (FIFA), consciente des enjeux attachés à cette rencontre, a pris les devants et défini les règles d’utilisation des signes exclusifs attachés à la Coupe du Monde.

Ainsi, qu’il s’agisse des marques déposées « FIFA », « WORLD CUP », « COPA 2014 », « BRAZIL 2014 » ou de leurs différentes traductions, de l’affiche officielle de l’évènement, de l’emblème ou de la mascotte, toute utilisation est soumise à l’accord préalable express de la FIFA.

La Cour de cassation avait eu l’occasion, lors d’une précédente édition de la Coupe du Monde, de sanctionner la société Hachette Filipacchi, qui avait reproduit sur la couverture du magazine sportif « Onze mondial », le trophée de la Coupe du Monde.

L’éditeur estimait qu’une telle reproduction lui était permise, en application du droit à l’information du public.

Dans un arrêt du 2 octobre 2007[1], après avoir rappelé que « le droit à l’information du public trouve ses limites dans le respect des autres droits identiquement protégés [tels que] les droits de propriété intellectuelle », la Cour avait relevé que « la reproduction du trophée, dont les droits d’exploitation ont été cédés à la FIFA, figurait, non pas dans un document d’information, mais dans un photomontage illustrant de façon symbolique le rêve de victoire des joueurs de renommée internationale qui y était représentés ».

Dans ces conditions, la reproduction litigieuse, qui excédait la simple relation de l’évènement d’actualité, ne participait pas à l’information du public mais relevait de l’exploitation de l’œuvre, laquelle, n’ayant pas été autorisée, constituait un acte de contrefaçon.

La FIFA propose sur son site Internet un guide expliquant les usages autorisés ou interdits des éléments protégés, en marge de la Coupe du Monde au Brésil.

La FIFA entend ainsi prendre les mesures propres à garantir que les exclusivités consenties à prix d’or à ses partenaires afin de leur permettre d’utiliser les marques officielles de la compétition, sont bien respectées.

La FIFA a établi, dans ce cadre, un programme international de licence, conférant à certaines entités le droit de fabriquer des produits officiels en marge de la Coupe du Monde 2014.

Outre l’usage des éléments distinctifs de l’évènement, la mise en place de différentes opérations marketing qui tendraient à établir, directement ou indirectement, une association avec la Coupe du Monde, que ce soit au moyen de la publicité ou de promotions, telles que des billets gratuits, est également interdite.

De telles opérations sont regroupées sous le terme de « marketing sauvage » ou « ambush marketing ».

Le marketing sauvage correspond, selon la FIFA, à l’ensemble des activités marketing interdites visant à tirer un avantage de l’intérêt que génère un évènement pour le public et son importante exposition, en créant une association commerciale et/ou en cherchant une exposition promotionnelle sans l’autorisation de l’organisateur de l’évènement en question.

Rappelons-nous, à cet égard, de la campagne mise en place lors de la dernière Coupe du Monde par la marque néerlandaise de bière « BAVARIA » qui avait recruté, pour l’occasion, des jeunes mannequins vêtues aux couleurs de la marque et regroupées dans les tribunes lors du match PAYS-BAS / DANEMARK, et qui avaient été expulsées par les agents de sécurité, mandatés par la FIFA, dans la mesure où la marque « BAVARIA » n’était pas partenaire officiel de l’évènement.

Seule l’utilisation de références génériques, de termes et objets génériques liés au football, dans le cadre, par exemple, des décorations de vitrines ou de façades de boutiques, comme des célébrations susceptibles d’être organisées, est ainsi admise.

L’organisateur de l’évènement met à la disposition de chacun un guide précisant les opérations interdites ou autorisées[2].

La FIFA se réserve la possibilité d’agir en justice contre toute personne ou société enfreignant ces prescriptions.

De même, la grille des rencontres des différentes équipes est également protégée par des droits de propriété intellectuelle et ne pourra être reproduite que dans un contexte éditorial non commercial, sans que soit créée d’association avec les signes distinctifs protégés par la FIFA.

Rappelons également que la retransmission des matchs est strictement encadrée.

La chaîne de télévision TF1, investie en France des droits de retransmission du Mondial, a indiqué qu’elle autorisait les communes, « sous conditions et à titre exceptionnel », à retransmettre gratuitement les matchs.

Elle n’est autorisée aux éditeurs de services de télévisions, non attributaires des droits exclusifs consentis par la FIFA, que pour ce qui concerne les « moments significatifs [3]» (buts, évènements marquants, etc.).

La surveillance de l’organisateur de la Coupe du Monde 2014 s’étend également aux espaces situés autour des stades accueillant des matchs de la Coupe du Monde et des autres sites officiels de l’évènement.

Elle a, pour cela, défini des espaces de restrictions commerciales (« commercial restriction area : CRA »), permettant d’identifier et de gérer l’ensemble des activités marketing se concentrant sur les sociétés présentes sur ces sites, mais qui ne sont pas des sponsors.

Si les commerçants de la zone continuent à pouvoir mener leur activité commerciale, ils se trouvent, en revanche, contraints de ne pas viser, spécifiquement, l’évènement ou ses spectateurs, afin de tirer un bénéfice promotionnel.

Nous vous conseillons, par conséquent, la plus grande prudence lors de l’évènement, afin d’éviter toutes démarches susceptibles d’être sanctionnées par la FIFA.


[1] C.Cass. 1ère Ch. Civ. 02/10/2007. N°05/14928

[2] http://www.fifa.com/mm/document/affederation/marketing/01/37/85/97/2014_fifapublicguidelines_eng_17052013.pdf

[3] Décret n° 2004-1392 du 22 décembre 2004

Drones : responsabilité pénale, vie privée et données personnelles

Notre article est paru dans la revue de l’Expertise, du mois d’avril 2014, numéro 390.

Lire l’article

La CJUE, Google et le droit à l’oubli numérique

La CJUE, dans un arrêt intéressant rendu le 13 mai 2014 (http://curia.europa.eu/juris/document/document.jsf?text=&docid=152065&pageIndex=0&doclang=fr&mode=req&dir=&occ=first&part=1&cid=256489), a considéré que le moteur de recherche Google effectuait un traitement de données à caractère personnel au sens de la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 en indexant des articles accessibles à partir d’une requête formulée par un internaute.

L’affaire avait été portée devant la justice espagnole par un internaute qui reprochait au géant américain de n’avoir pas cessé le référencement d’articles de presse évoquant ses dettes.

La CJUE retient que, pour fournir aux internautes son service de recherche, la société Google analyse et stocke de nombreuses pages Web sur lesquelles figurent des données à caractère personnel (telles que des images ou, comme ici, des articles de presse mentionnant les nom et prénom d’une personne).

Dès lors qu’il traite des données personnelles, le moteur de recherche se trouve placé dans le champ d’application de la loi Informatique et Libertés ou plus largement, au niveau communautaire, de la directive relative aux données personnelles. Il lui appartient donc de respecter les droits des personnes concernées et notamment le droit d’opposition qui leur est reconnu. En effet, si l’indexation est, au départ, acceptée, il n’en sera plus de même lorsque les données apparaîtront inadéquates, excessives ou auront perdu de leur pertinence, ce qui sera notamment le cas avec le temps qui passe. C’est la raison pour laquelle cette décision peut être comprise comme une forme de consécration du droit à l’oubli numérique.

Ayant posé ce principe, la CJUE renvoie cependant le soin à la juridiction espagnole, à l’origine de la question préjudicielle posée, le soin de s’assurer, dans chaque cas, de l’équilibre entre liberté d’expression et d’information d’une part et droit à la vie privée d’autre part.

Validité des marques, MaPreuve

Article paru sur le site internet Mapreuve.com, jeudi 24 avril, intitulé « La Validité des marques » et faisant état des dernières jurisprudences.

Lire l’article

L’action de groupe : Nouvelle voie de recours pour les consommateurs

Article paru sur Direct Matin (numéro 2085 – Mardi 15 avril 2014).

Lire l’article