• Français -fr 

Blog Archives

Le droit à l’oubli des ex-détenus

La justice passe, Internet demeure…

 

Il est fréquent que des personnes ayant fait l’objet de condamnations judiciaires lourdes voient, une fois leur peine purgée, leur réintégration dans la société rendue compliquée par les informations les concernant qui restent accessibles sur Internet longtemps après leur procès.

 

L’article 17 du Règlement Général relatif à la Protection des Données (RGPD) dispose que :

 

« La personne concernée a le droit d’obtenir du responsable du traitement l’effacement, dans les meilleurs délais, de données à caractère personnel la concernant et le responsable du traitement a l’obligation d’effacer ces données à caractère personnel dans les meilleurs délais, lorsque l’un des motifs suivants s’applique :

  • Les données à caractère personnel ne sont plus nécessaires au regard des finalités pour lesquelles elles ont été collectées ou traitées d’une autre manière ;

(…) »

 

En l’espèce, les données à caractère personnel concernant les personnes concernées ont, le plus souvent, été collectées et traitées dans le cadre de la couverture du procès au terme duquel elles ont été condamnées.

 

Si, conformément à l’article 17 précité du RGPD, l’exercice du droit à la liberté d’information peut être opposé par les éditeurs de presse dont les articles restent accessibles à tous sur Internet longtemps après le procès, il y a lieu, néanmoins, de tenir compte du juste équilibre à trouver entre le droit au respect de la vie privée garantie par l’article 8 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme et ladite liberté d’information au public garantie par l’article 10 de la Convention.

 

Le fait que la personne concernée soit une « simple » personne privée totalement inconnue du public qui n’a qu’une volonté : retomber dans l’anonymat afin de pouvoir vivre sa vie privée et professionnelle, peut jouer en sa faveur. C’est aussi le cas lorsque la personne a, depuis le temps de sa condamnation, conservé une discrétion et un silence absolus.

 

Il convient de rappeler que la condamnation pénale a aussi pour objectif l’amendement du condamné et sa réinsertion.

 

Dans ce cadre, le droit à l’oubli apparaît comme une composante de la vie privée de tout citoyen.

 

Ainsi, s’il est légitime que la vie privée d’un citoyen soit mise sur la scène publique pendant le temps du procès, c’est uniquement parce qu’une telle exposition se fait l’écho d’une situation sociale particulière.

 

Il est nécessaire d’articuler avec justesse et mesure le droit à la liberté d’information et le droit au respect de la vie privée dû aux personnes condamnées.

 

Si la presse a légitimement le droit de traiter des informations relatives à l’actualité judiciaire pour répondre à l’intérêt légitime du public à être informé, il y a toutefois lieu de retenir que cet intérêt pâlit avec le temps au profit des droits de la personne à sa vie privée, son image, son honneur et sa réinsertion.

 

En effet, le législateur a, par ailleurs, pris de nombreuses précautions destinées à limiter la diffusion des informations judiciaires.

 

Il en est ainsi, par exemple, de l’accès au casier judiciaire et à son effacement, susceptible d’être privé de tout sens si un journaliste, au nom de sa liberté d’expression et du droit du public à être informé, passait outre en portant ces faits au grand public et en les maintenant dans un temps excessif.

 

De même, l’affichage des décisions de condamnations prévu à l’article 131-10 du Code Pénal est conçu comme une peine complémentaire et est limitée dans le temps afin de permettre à la personne concernée d’entamer sa reconstruction.

 

Rappelons également que différents textes pénitentiaires prévoient expressément, au nom de la réinsertion des personnes détenues, que leur consentement écrit soit donné avant toute diffusion ou utilisation de leur image ou de leur voix.

 

Enfin, la CNIL a aussi donné son avis sur le sujet, dans sa délibération n°01-057 du 29 novembre 2001 portant recommandation sur la diffusion de données personnelles sur internet par les banques de données de jurisprudences. Cette délibération recommande que « les éditeurs de base de données de décisions de justice librement accessibles sur des sites internet devaient s’abstenir, dans le souci du respect de la vie privée des personnes physiques concernées et de l’indispensable droit à l’oubli, d’y faire figurer le nom et l’adresse des parties au procès ou des témoins ».

 

Cette recommandation pourrait, par extension, être opposée (sous conditions) aux éditeurs de presse dans la mesure où, dans les articles demeurant en ligne sont mentionnés les faits à l’origine du procès d’Assises, la juridiction amenée à se prononcer, les noms des parties, des témoins et de la victime, ainsi que la teneur de la sanction prononcée. Il est ainsi envisageable de rapprocher les obligations incombant aux éditeurs de base de données de ce qui concerne les éditeurs de presse pour de tels articles.

Pas de droit à l’oubli pour les personnes morales.

Seules les personnes physiques bénéficient du droit à l’oubli numérique (l’arrêt CJUE Google Spain du 13/05/2014 et le RGPD concernent les personnes physiques uniquement).

 
D’ailleurs, un arrêt a été rendu récemment par la CJUE s’agissant de la suppression des données du dirigeant d’une entreprise liquidée, figurant dans le registre des sociétés (arrêt 9 mars 2017 Camera di commercio di Lecce contre M X aff. 398/15 Arrêt CJUE 09/03/2017). La CJUE a alors considéré qu’il n’existait pas de droit à l’oubli pour les données à caractère personnel figurant dans le registre des sociétés. 
Résumé de l’arrêt :communiqué de presse
M. Salvatore MANNI, administrateur unique d’une société, s’est vu attribuer un marché pour la construction d’un complexe touristique. Par recours du 12 décembre 2007, M. MANNI a attrait en justice la chambre de commerce de Lecce, en affirmant que les immeubles de ce complexe ne se vendaient pas car il ressortait du registre des sociétés qu’il avait été l’administrateur unique et le liquidateur d’une société qui a fait faillite en 1992 et qui a été radiée du registre des sociétés, à l’issue d’une procédure de liquidation, le 7 juillet 2005.
 
La question préjudicielle posée à la CJUE par la Cour de cassation italienne était la suivante : la directive sur la protection des données des personnes physiques et la directive sur la publicité des actes des sociétés s’opposent-elles à ce que toute personne puisse, sans limite de temps, accéder aux données relatives aux personnes physiques figurant dans le registre des sociétés ?
 
Selon la CJUE, la publicité des registres des sociétés vise à assurer la sécurité juridique dans les rapports entre les sociétés et les tiers ainsi qu’à protéger notamment les intérêts des tiers par rapport aux sociétés par actions et aux sociétés à responsabilité limitée, dès lors qu’elles n’offrent comme garantie à l’égard des tiers que leur patrimoine social.
 
En outre, des questions nécessitant de disposer des données à caractère personnel figurant dans le registre des sociétés peuvent surgir encore de nombreuses années après qu’une société a cessé d’exister. 

Dans ces conditions, les États membres ne peuvent pas garantir aux personnes physiques dont les données sont inscrites dans le registre des sociétés le droit d’obtenir, après un certain délai à compter de la dissolution de la société, l’effacement des données à caractère personnel les concernant. 

Néanmoins, la Cour n’exclut pas que, dans des situations particulières, des raisons prépondérantes et légitimes tenant au cas concret de la personne puissent justifier, à titre exceptionnel, que l’accès aux données à caractère personnel la concernant soit limité, à l’expiration d’un délai suffisamment long après la dissolution de la société, aux tiers justifiant d’un intérêt spécifique à leur consultation.  

Ainsi, il serait nécessaire de fonder une demande de retrait concernant une société sur un fondement plus classique tel que le dénigrement.

Question préjudicielle sur le droit au déréférencement

Le conseil d’Etat a décidé de s’en remettre à la Cour de Justice de l’Union Européenne au sujet , notamment, du rôle à jouer par les moteurs de recherche au sujet du droit au déréférencement.

Il a ainsi, par une décision du 24 février 2017, soumis à la CJUE, les questions suivantes :
– lorsqu’il constate que les pages web, vers lesquelles mènent les liens dont le déréférencement est demandé, comportent des données dont la publication est illicite, le moteur de recherche est-il obligé de supprimer ces liens de la liste des résultats affichés à la suite d’une recherche effectuée à partir du nom du demandeur ou doit-il seulement prendre en compte cette circonstance pour apprécier le bien-fondé de la demande de déréférencement ?
– ou que cette circonstance est sans incidence sur l’appréciation qu’il doit porter ?

La décision attendue viendra compléter la jurisprudence de la CJUE qui dessine, petit à petit, les contours du droit au déréférencement.

Rappelons ainsi que, dans son arrêt du 13 mai 2014 (C-131/12), la Cour de justice de l’Union européenne avait dit pour droit que l’activité d’un moteur de recherche, consistant à trouver des informations publiées ou placées sur Internet par des tiers, à les indexer de manière automatique, à les stocker temporairement et, enfin, à les mettre à la disposition des internautes selon un ordre de préférence donné, devait être qualifiée de « traitement de données à caractère personnel ». En parallèle, elle consacrait ce fameux droit au déréférencement, obligeant le moteur de recherche à procéder à la suppression de la liste de résultats, affichée à la suite d’une recherche effectuée à partir du nom du demandeur, des liens vers des pages web, publiées par des tiers et contenant des informations le concernant.

 

 

 

 

Le droit à l’oubli numérique

Fâché de constater qu’une requête effectuée sur ses noms et prénoms dans le moteur de recherche GOOGLE présentait des liens vers deux pages d’un quotidien paru en 1998 et qui le visait dans une affaire de vente aux enchères immobilières, liée à une saisie pratiquée en recouvrement de dettes de sécurité sociale, un ressortissant espagnol avait introduit[1], auprès de l’Office espagnol chargé de la protection des données personnelles, une réclamation à l’encontre de l’éditeur de ce titre de presse ainsi qu’à l’encontre des sociétés GOOGLE SPAIN et GOOGLE INC.

Il demandait que les pages ainsi indexées soient supprimées afin que ses données personnelles n’y apparaissent plus et qu’elles cessent d’apparaître dans les résultats de recherche, au motif que la saisie dont il avait fait l’objet avait été entièrement réglée depuis de nombreuses années et que la mention de celle-ci était désormais dépourvue de toute pertinence.

GOOGLE a introduit en recours contre la décision de l’Autorité Espagnol de protection des données faisant droit à cette demande.

Saisie du dossier, la juridiction espagnole compétente a soulevé la question de savoir quelles obligations incombaient aux exploitants de moteurs de recherche pour la protection des données personnelles et estimé que la réponse à cette problématique dépendait de l’interprétation de la Directive 95/46 relative à la protection des données à caractère personnel, dans la mesure où ces technologies étaient apparues après la publication de celle-ci.

Elle a donc décidé de surseoir à statuer et de poser à la Cour de Justice de l’Union Européenne la question préjudicielle suivante : « le droit d’obtenir l’effacement et le verrouillage des données à caractère personnel et celui de s’opposer à ce qu’elles fassent l’objet d’un traitement doivent-ils être interprétés comme permettant à la personne concernée de s’adresser aux moteurs de recherche afin de faire obstacle à l’indexation des informations concernant sa personne, publiée sur des sites web de tiers, en invoquant sa volonté que ces informations ne soient pas connues des internautes lorsqu’elle considère que ces informations sont susceptibles de lui porter préjudice ou lorsqu’elle désire que ces informations soient oubliées, alors même qu’il s’agirait d’informations publiées légalement par des tiers ? ».

L’article 12 b de la Directive prévoit que « les États membres garantissent à toute personne concernée le droit d’obtenir du responsable du traitement : […]

b) la rectification, l’effacement ou le verrouillage des données dont le traitement n’est pas conforme à la présente directive, notamment en raison du caractère incomplet ou inexact des données ; […] ».

La Commission Européenne estimait que les droits ainsi conférés aux personnes concernées n’étaient susceptibles d’être mis en œuvre qu’à la condition que le traitement en question soit incompatible avec la Directive ou pour des raisons prépondérantes et légitimes tenant à leur situation particulière et non, pas au simple motif qu’elles estiment que ce traitement est susceptible de leur porter préjudice ou qu’elles souhaitent que les données faisant l’objet dudit traitement tombent dans l’oubli.

La Cour de Justice relève, pour sa part, qu’une telle incompatibilité peut résulter, non seulement, du fait que ces données sont inexactes mais, en particulier, aussi du fait qu’elles sont inadéquates, non pertinentes ou excessives au regard des finalités du traitement, qu’elles ne sont pas mises à jour ou qu’elles sont conservées pendant une durée excédant celle nécessaire, à moins que leur conservation s’impose à des fins historiques, statistiques ou scientifiques.

Partant de là, le raisonnement mené par la Cour repose sur l’idée qu’un traitement initialement licite de données exactes peut devenir, avec le temps, incompatible avec la Directive lorsque ces données s’avèrent, ensuite, comme n’étant plus nécessaires au regard des finalités pour lesquelles elles avaient collectées ou traitées.

La Cour de Justice de l’Union Européenne invite, par conséquent, la juridiction à l’origine de sa saisine à examiner si la personne concernée avait un droit à ce que l’information relative à sa personne ne soit plus, au stade actuel, liée à son nom par une liste de résultat, affichée à la suite d’une recherche effectuée à partir de son nom, en précisant qu’un tel droit ne présuppose pas que l’inclusion d’informations en question, dans la liste de résultat, cause un préjudice à la personne concernée.

A cet égard, il sera rappelé les dispositions des articles 7 et 8 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne[2] prévoyant que « toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de ses communications » outre son « droit à la protection des données à caractère personnel la concernant » impliquant que de tels « données doivent être traités loyalement, à des fins déterminés et sur la base du consentement de la personne concernée ou en vertu d’un autre fondement légitime prévu par la loi. Toute personne a le droit d’accéder aux données collectées la concernant et d’en obtenir la rectification ».

Ces droits doivent être considérés comme prévalant non seulement sur l’intérêt économique de la société GOOGLE mais également sur l’intérêt du public à trouver l’information recherchée lors d’une requête portant sur le nom de la personne concernée.

Une telle prévalence sera, cependant, écartée lorsque des raisons particulières peuvent être invoquées telles que le rôle joué par la personne concernée dans la vie publique, ou encore lorsque l’ingérence dans ses droits fondamentaux serait justifiée par l’intérêt prépondérant du public à avoir accès à l’information en question.

En l’absence de telles raisons particulières dans le litige qui lui était soumis par la juridiction espagnole, la Cour de Justice de l’Union Européenne a considéré, eu égard à la sensibilité des informations contenues dans les annonces litigieuses pour la vie privée du requérant et au fait que leur publication initiale avait été effectuée seize ans auparavant, que ladite personne justifiait d’un droit à ce que ces informations ne soient plus liées à son nom sur internet.

C’est à la suite de cette décision que la société GOOGLE a mis en place un formulaire[3] disponible sur internet permettant à tout internaute européen de faire usage de ce qui semble désormais être consacré comme un véritable droit à l’oubli numérique.

Le formulaire ainsi proposé à rencontrer un franc succès puisque que, moins deux semaines après sa mise en ligne, plus de 40 000 demandes avaient été présentées au moteur de recherche.

La société américaine a, à cette fin, mis en place une équipe dédiée examinant les demandes qui lui sont soumises.

Les premières applications mettant en œuvre ce droit à l’oubli ont, toutefois, permis de constater que la suppression par GOOGLE de liens litigieux s’accompagnait d’une information, donnée par le moteur de recherche, de la suppression ainsi effectuée.

La CNIL relève, d’ores et déjà, que le formulaire proposé par la firme californienne ne concerne que les URL, excluant ainsi les services mis en œuvre par GOOGLE, tels que GOOGLE SUGGEST.

Elle regrette également que l’accès au formulaire soit difficile, comme c’est d’ailleurs le cas pour la plupart des formulaires en ligne proposés par les géants du net.

En parallèle, le groupe de l’article 29 regroupant les CNIL européennes a décidé, lors de sa réunion plénière des 3 et 4 juin 2014, de confier à un groupe de travail l’analyse des conséquences de l’arrêt de la Cour de Justice de l’Union Européenne.

Il s’agira, notamment, de définir des lignes directrices permettant aux Autorités Européennes de protection des données d’adopter une approche commune dans la mise en œuvre pratique de l’arrêt ainsi rendu, afin d’envisager des réponses harmonisées aux plaintes qui seront reçues par lesdites Autorités suite à des demandes d’effacement restées infructueuses.


[1]           C.J.U.E., 13 mai 2014, Affaire C-131/12, GOOGLE SPAIN et GOOGLE INC c/ AGENCIA ESPAÑOLA DE PROTECCIÓN DE DATOS

[2]              2000/C 354/01

Données personnelles, libertés et société numérique, 11/03, 18h30, Euratechnologies, Lille

Nous profiterons de cette manifestation organisée par l’Ordre des avocats de Lille pour débattre de ces thèmes autour d’Alex Turk, président de la CNIL et sénateur du Nord.